Index de l'article

La vie en croisière

La vie en croisière s’organise autour de quatre pivots :

  1. Les sorties en zodiac
  2. Les balades à terre
  3. La vie sur le bateau
  4. Les conférences scientifiques

 

LES SORTIES EN ZODIAC : le meilleur moyen d'explorer le mystérieux arctique

ZODIAC HAUTEUR

ZODIAC BANQUISELe zodiac est pratique, sûr et indispensable

  1. tout d’abord on observe les recommandations du chef d’expédition : respect des horaires de départ, habillement adapté à ces régions polaires (blouson et pantalons chauds et étanches, bonnet, gants, multicouches avec petits polaires l’un sur l’autre) avec bottes surtout si sorties à terre, car on débarque dans un peu d’eau ; fonctionnement des zodiacs et rôle des guides,
  2. séance d’habillage, sans oublier le gilet de sauvetage (il faut compter, même avec entrainement, un petit quart d’heure, car on ne doit rien oublier et prendre ses précautions : les sorties peuvent durer 2 à 3 heures ; les appareils photos et caméras doivent être rechargés ; penser aussi à prendre des sacs plastiques de protection étanches pour le matériel photo
  3. attente dans l’escalier : on passe du chaud en transpirant, au froid salvateur …,
  4. embarquement au pont inférieur avec l’aide des guides accompagnateurs,
  5. installation dans les zodiacs : 8 à 10 passagers par zodiac (photo), aidés par les hommes d’équipage ; principe du maintien par l’avant bras avec transfert du passager entre le marin sur le bateau et le guide dans le zodiac pour entrer en toute sécurité dans le zodiac ; position assise sur les boudins, un peu d’eau à fond de cale : attention au matériel photo vidéo, vérifier l’étanchéité des sacs, gants et bonnets de rigueur (bref tenue de ski, principe des 3 couches),
  6. s’accrocher à la corde lors des manœuvres et des traversées ; ne se lever qu’avec la permission du conducteur ; s’adapter aux mouvements divers : s’accroupir ou se mettre à genoux pour permettre à tout le monde de voir, photographier ou filmer,
  7. écouter (ou pas) les descriptions savantes du guide conducteur ; on est bien noté si on fait des commentaires intelligents et/ou humoristiques. La devise : écouter, voir et obéir.

 

063 Christian présentation Spitzberg

Recommandations du chef d'expédition (photo A.Desbrosse)

 DSC9451

Protection indispensable...

 049 passagers escalier redimensionner

Attente impatiente avant embarquement (photo:A.Desbrosse)

 050 équipe échelle de coupée bloquée redimensionner

Le staff attentif (photo:A.Desbrosse

 P1070830

Embarquement au pont inférieur

 DSC 2996

Pouvoir s'accrocher à la corde si besoin

 SPITZBERG 2013 STAFF034

Ecouter les explications savantes

 SPITZBERG 2013 STAFF005

Ecouter, voir et parfois obéir

 

 

Le zodiac permet d’aller :

à la découverte d’un glacier et de son vêlage qu’accompagnent des milliers de mouettes tridactyles à la rencontre du krill, juste après ce « tsunami glacé » ; découverte de la « glace » sous toutes ses formes : le brash, le petit «bourguignon», les concrétions glacées avec des reflets bleus aux dégradés multiples, grâce à la diffraction de la lumière - glacier de Lilliehook dans le Krossfjord, falaises proches du glacier du 14 juillet, front du glacier de Monaco - ; découverte des parois abruptes et englacées avec des bédières, et des cascades violentes, tumultueuses, dévastatrices, - glacier d’Hinlopen -,

ABANDON BANQUISEà la découverte de la banquise : pénétrer dans le «pack» autour du 81° de latitude Nord, cette banquise disloquée ; zigzaguer entre les floes et les crêtes de compression, appelées hummocks qui nous font disparaître et apparaitre dans un jeu de cache-cache à l’infini : paysage chaotique de glace, avec enfin la zone de séparation avec l’eau libre : les polynies; l’eau libre…reflet du ciel dans l’eau sur les plaques et entre les plaques ; se laisser happer, s’en réjouir puis s’en inquiéter :mais voici une mésaventure dont nous avons été les héros involontaires : nous musardions dans cet univers, où terre, mer, et ciel se confondent ; après s’être gentiment fait dépasser par le dernier zodiac qui retournait dans l’eau libre, le chenal libre s’est refermé ; nous étions donc prisonniers des glaces, seuls au monde (à 8 tout de même !) ; heureusement les communications par talkies walkies permettent au chef d’expédition de nous repérer ; puis c’est le commandant du navire qui vient à notre secours, tout droit devant, nous laissant inquiets : allions-nous être attaqués par un ours surgissant de derrière un hummok, ou carrément broyés par l’étrave pointue et acérée du navire ? Heureusement la grande maniabilité de ce bateau a permis d’écarter le carcan des plaques de banquise, d’ouvrir un nouveau chenal et de nous contourner…en nous sauvant !

OURS TERREà la découverte de la sensation de marcher sur la banquise proche de l’île Charles XII : prendre pied sur une plaque de glace, telle une île, en étant isolé dans cet univers, malgré la proximité des autres plaques, et du bateau dans le lointain, notre port d’attache flottant,

à la découverte de l’ours blanc qui a été repéré quelques minutes avant par les fins observateurs à la passerelle de commandement : commandant, chef d’expédition et guides toujours en alerte ; l’ours est là, presque résident sur cette terre désolée, sans glace (entrée du Liedefjord sur l’Ile de Makeoyane, un autre proche de l’île Charles XII), ou au contraire au milieu de la banquise disloquée (80 à 81° de latitude Nord), sur une plaque dérivante avec sa proie juste pêchée, dans le Raudfjorden, ou carrément acclimaté à son futur, privé partiellement ou totalement de banquise, broutant de l’herbe comme ses lointains cousins, grizzlis ou ours noirs dans l’Alkefjellet,

Ursus maritimus est le seigneur de l'Arctique certes redouté mais que tout voyageur souhaite voir, il est venu entre autre pour lui, ne dit-on pas qu'il est une espèce envoie de disparition?, c'est l'ours de notre enfance, et pourtant quel paradoxe, il est pourtant un des animaux les plus sauvages !

MORSE DANS L EAU

à la découverte d’une île mystérieuse et embrumée, en débarquant à la rencontre de morses peu farouches (île de Phipps dans l’archipel des Sjuoyane),GUILLEMOTSvoir des vols de mouettes, des colonies d’oiseaux guillemots sur la grande falaise d’Alkefjellet, des rennes broutant, une colonie de phoques se prélassant aux timides rayons du soleil matinal (fjord de Smeerenburg)...,

C.KEMPF SITE HISTORIQUEà la découverte des parois glacées de l’île Blanche, ou Kvitoya, et découvrir une dizaine d’ours entre glaces et sol pierreux, assoupis,

à la découverte de l’histoire du Spitzberg, où l’appétit des hommes en ont fait des conquérants barbares mais également des prisonniers de leur époque, de leur croyance. Quels destins souvent tragiques, dignes de grandes épopées : restes de l’expédition d’Andrée (Andreneset), le Krassin, les baleiniers, les chasseurs de morses, la conquête avortée du pôle Nord en ballon, la hutte de trappeur à Alicehamna… !

 

 

Le zodiac met en alerte les cinq sens :

  • La vue : nature grandiose et infinie, où solitude rime avec éternité, celle-ci paraissant dans cet univers si accessible : ici, tout gèle, même le temps,

  • L’ouïe : la banquise qui craque, les oiseaux qui sifflent et caquètent, le vêlage des glaciers qui gronde, les morses qui grognent,

  • Le toucher : les glaces, l’eau froide qui glisse entre les doigts,

  • L’odorat : l’odeur âpre du cuir des morses, l’iode de la mer au parfum englacé,

  • Le goût : le sel de l’apéritif arctique, en fin de voyage, auprès d’un magnifique glacier.

  • Mais que perçoit-on ? Il s’agit en fait d’une véritable symphonie, car toutes ces sensations et toutes ces expériences s’entremêlent et forgent cette attirance pour le Spitzberg et ce monde arctique.

Bon à savoir

On ne peut pas aller partout sur le globe.

Si on en a la chance bien sûr rien ne vaut l'expérience de terrain.

On peut cependant participer en direct à la vie animale en les regardant agir grâce aux web cams installées de part de le monde, dans des lieux de plus en plus reculés: faites un tour par exemple avec les ours de Katmaï qui se régalent de leur pêche aux saumons, c'est EN CE MOMENT, en juillet, ensuite ils vont sur un autre spot pendant le mois d'août, pour réappaaraître en septembre.

KATMAI NATIONAL PARK, BROOKS FALLS (chutes de la rivière Brooks) en Alaska: http://explore.org/live-cams/player/brown-bear-salmon-cam-brooks-falls#sthash.3KtZvrLx

Dans "anecdotes et contes"

Illustration du conte inuit "la femme squelette"Le conte inuit de la femme squelette

Elle avait fait quelque chose que son père désapprouvait, mais dont personne ne se souvenait. Toujours est-il que son père l'avait traînée jusqu'à la falaise et précipitée dans la mer. Les poissons avaient mangé sa chair, dévoré ses yeux. Et elle gisait sous les eaux, son squelette ballotté par les courants.

Un jour, arriva un pêcheur. En fait, ils étaient plus d'un à pêcher à cet endroit, mais celui-ci avait été entraîné bien loin de chez lui et il ignorait que les pêcheurs des environs se tenaient à l'écart de cette crique, disant qu'elle était hantée.

Lire la suite...
Safari Nordique